imagine toi

Publié le par soussou

 

La louange à Allah, l'Unique, l'Omnipotent, le Tout-Puissant, le Grand, le Très-Haut, Celui qui nous a destinés à subir des épreuves, a jalonné notre chemin de tentations, a préparé pour nous le Paradis et le Feu, exposant à un immense danger ainsi qu'à un long tourment celui qui, doué de raison, se souvient jusqu'à ce qu'il sache où sera sa destinée et son séjour éternel. Parce qu'il a désobéi au Seigneur et a désapprouvé le Maître, il oscillera, matin et soir, entre Sa colère et Son agrément, ne sachant où il se situera jusqu'à l'heure de la rencontre. De ce fait, son angoisse s'amplifiera, son tourment se poursuivra et son affliction augmentera jusqu'à ce qu'il sache quel sera son état auprès d'Allah et ce qu'il adviendra de lui.

En Allah, désire la réussite, à Lui, demande le pardon des péchés et de Lui, recherche l'aide dans toutes tes affaires. Etonnes-toi de ce que ton œil se réjouisse ou de ce que la peur et l'inquiétude puissent quitter ton coeur. Car n'as-tu pas désobéi à ton Seigneur et, par ta rébellion, provoqué Sa colère et Son châtiment ? La mort inéluctable arrive à toi, suivie de son agonie. Son ivresse te suffoque, n'est elle pas déjà en toi, descendue sur toi si promptement, si rapidement ?
 
                                                  La souffrance de la mort
 
 
Imagine que tu es terrassé par la mort. Tu n'émergeras de la terre que pour le Rassemblement devant ton Seigneur. Imagine que la mort vienne t'arracher à la vie. Tu es là agonisant, saisi de suffocations, en proie à de terribles vertiges, à cette obsédante angoisse, à cette anxiété mortelle.
 
L'ange commence alors à tirer ton âme à partir de tes pieds. Tu ressens la souffrance de cet arrachement de la plante de tes pieds. Cette extirpation, s'opérant par coups successifs, provoque l'agonie qui va arracher l'âme de toutes les parties de ton corps. Elle opère à partir de ta partie inférieure et remonte à ta partie supérieure jusqu'à ce que l'angoisse en toi parvienne à son paroxysme, que la souffrance de la mort envahisse la totalité de ton corps et que ton coeur, tourmenté et anxieux, attende la Notification de Dieu, à savoir celle de Sa colère ou de Son agrément. Tu sais déjà qu'il n'y aucun échappatoire pour toi : tu es astreint à entendre l'un ou l'autre des messages de l'ange chargé de s'emparer de ton âme.

Au moment où tu seras saisi par cette incessante angoisse et où tu ressentiras la souffrance de la mort avec ses vertiges enivrants, tu éprouveras alors une intense anxiété, en attendant l'un des deux verdicts de l'Annonce de ton Seigneur. Voilà que subitement tu verras la face de l'ange de la mort soit dans sa forme la plus agréable, soit dans son aspect le plus laid. Tu le regarderas tendre sa main vers ta bouche pour dégager ton âme de ton corps. Lorsque, au fond de toi, tu te sentiras avili, tu verras cette scène de tes yeux et tu verras le visage de l'ange de la mort. Ton coeur sera suspendu à l'Annonce, attendant laquelle des deux nouvelles te surprendra.

Quand tu entendras le ton de la voix de l'ange te dire:
« Réjouis-toi, ô ami de Dieu, de l'agrément de Dieu et de Sa récompense. » ou bien « Réjouis-toi, ô ennemi de Dieu, de Sa colère et de Son châtiment ». Dès lors, tu auras la certitude de ta réussite et de ton succès. l'assurance s'établira alors dans ton coeur. Ton âme apaisée s'élancera vers Dieu. Ou bien tu auras la certitude de ta ruine et de ta perte. Après quoi, l'extrême désespoir s'emparera de ton cceur, ou la joie de l'espoir s'y installera, dès lors que le délai de ton existence en ce monde aura atteint son terme, que ta trace s'y sera effacée et que tu auras été transporté dans la Demeure des anciennes nations ayant vécu avant toi.
 
                                 Les Questions des deux anges
 

Imagine lorsque ton coeur se transportera de joie et d'allégresse ou bien s'emplira de tristesse et de larmes, alors que tu te trouveras piégé dans la tombe, fosse au fond terrifiant, saisi par l'apparition effarante des deux anges et leurs questions au sujet de ta foi en ton Seigneur. Tu célébreras, d'une voix ferme, la Gloire de ton Seigneur ou bien tu resteras perplexe, dans le doute et déconcerté.
Imagine la voix de ces deux anges quand ils t'appelleront et te feront asseoir à même le sol pour te contraindre à écouter leurs questions.
Imagine-toi, assis dans l'exiguïté de la tombe, alors que ton linceul aura été rabaissé jusqu'au niveau de tes reins et que le coton de tes yeux sera tombé à tes pieds.
Imagine cette scène et fixe ton regard hagard sur leurs vivantes présences et l'énormité de leurs corps. Si tu les vois dans leur aspect bienveillant, la certitude du succès et du salut gagnera ton coeur. Mais si tu les vois dans leur aspect hideux, la certitude de la perdition et de la ruine dominera ton coeur.
Imagine leurs voix, le ton de leurs paroles et de leurs questions. C'est alors que tu connaîtras l'affermissement venu de la part de Dieu, s'Il t'affermit. Ou ta perplexité et ton égarement s'Il t'abandonne à toi-même. Imagine ta réponse aux anges, fait de certitude ou d'hésitation et perplexité.

           L'Appel à la comparution

Imagine comment retentira le son de cette Voix à ton ouïe et dans ton esprit. Tu comprendras dans ton entendement que tu es appelé à comparaître devant le Souverain Suprême. Ton coeur battra fortement et ta tête blanchira à cet Appel, à ce seul Cri, d'avoir à comparaître devant le détenteur de la Majesté, de la Générosité, de la Grandeur et de la Magnificence.
Pendant que tu seras saisi d'effroi au son de cette Voix, tu entendras, subitement, la terre s'entrouvrir au-dessus de ta tête. Tu bondiras, couvert du haut de la tête jusqu'à la plante des pieds, par la poussière de ta tombe. TU te mettras debout, dressé sur tes jambes, ton regard tendu en direction de l'Appel. Toutes les créatures, en même temps que toi, se dresseront d'un même élan. Elles seront couvertes de cette même poussière de la terre dans laquelle elles ont connu une longue dégradation[avant d'être reconstituées].




           La mêlée alarmante

Imagine cette levée en masse, toi parmi eux, frappé par la frayeur et l'épouvante.
Imagine-toi, nu, avili et isolé dans ta peur, tes tourments, ton angoisse et tes soucis, au milieu de la cohue des créatures, nues, pieds nus, toutes muettes, avilies par la peur et la frayeur. Tu n'entendras que le bruit furtif de leurs pas et la voix de l'Hérault. Les créatures s'avanceront vers ce dernier. Tu seras au milieu d'elles, progressant vers cette voix. Tu t'approcheras, craintif et humilié. Quand tu arriveras au lieu prévu de votre Station, toutes les nations, celles des djinns et des humains, se bousculeront, nues et pieds nus. La royauté aura été enlevée aux rois de la terre, à présent avilis et mesquins. Ils seront les plus humiliés de toutes les catégories de ce grand rassemblement, et les plus mesquins, après avoir été, sur Sa terre, arrogants et tyranniques envers les serviteurs d'Allah , le Tout-puissant .
Hamîd Ibn Hilâl a dit: Nous avons appris que chaque homme sera appelé le Jour de la résurrection pour être jugé. Il sera dit :
 
« Ô untel, fils d'untel !
Présente-toi au Jugement ».

Tout homme se dira :
 
« Personne, en dehors de moi,
ne comparait pour être jugé ! »

Puis, Il appellera :
 
« Ô Gabriel ! Apporte-Moi le Feu »

Imagine le moment de l'arrivée de Gabriel quand il dira au Feu :
 
« Géhenne ! Réponds ! »

Imagine l'agitation du Feu et son tremblement dans sa peur suscitée par le fait qu'
Allah  - qu'Il soit exalté - a créé une créature qui sera supplicié par lui. Imagine ce Feu se convulser, entrer en ébullition et s'irriter, regardant de loin les créatures, les désirant ardemment, sifflant dans leur direction, tiré par son gardien et bondissant de colère sur les créatures à la suite de la Colère de son Seigneur contre celui qui a contrevenu à Son commandement et Lui a désobéi.

Imagine le bruit de ta respiration, son aspiration et son expiration et le halètement de sa gorge. Tes oreilles en seront pleines et tes entrailles se soulèveront de frayeur et d'effroi. Les créatures fuiront pour échapper au souffle [de l'enfer] sur leurs visages. C'est le Jour où les uns appelleront les autres. En entendant le ronflement de son souffle, ils feront demi-tour et tomberont sur leurs genoux, tels des cadavres, autour de la Géhenne et verseront des larmes.

Imagine ce choeur de sanglots des créatures sous son souffle haletant, ces injustes appelant, dans leur malheur, criant qu'ils sont perdus. Chaque élu, chaque véridique, ceux sur lesquels
Allah  - qu'Il soit exalté -
a jeté son dévolu, les martyrs, ceux qu'Il a choisis, et les hommes du commun des mortels, tous appelleront :
 
Nafsi ! Nafsi !
Mon âme ! Mon âme !

Imagine les voix des créatures, celles des prophètes et celles des autres des serviteurs de moindre rang, appeler:
« Mon âme! Mon âme ! ».

Et toi tu crieras de même.

Au moment où toi-même et les autres créatures serez secoués en vos cœurs dans une extraordinaire terreur, un second souffle de la Géhenne reprendra. Ton épouvante s'accroîtra ainsi que leur épouvante, ta peur et leur peur.

Ensuite, un troisième souffle grossira de nouveau et les créatures tomberont sur leurs visages dans un même ensemble. Ce ne sont plus que des yeux fixes, au regard apeuré et furtif, craignant d'être enveloppés par le Feu et d'être entraînés dans son embrasement. C'est alors que les cœurs des injustes se fendront en leur milieu, gagneront leurs gosiers assoiffés et suffoqueront leurs gorges. Leurs esprits les quitteront et leurs raisons disparaîtront, aine seront à la fois les bienheureux et les damnés. Il ne restera pas un seul envoyé d'
Allah  - qu'Il soit exalté -, ni un serviteur vertueux, choisi par Lui, sans que sa raison n'en soit perturbée
Dès lors, Allah  - qu'Il soit exalté - s'approchera de Ses envoyés, les plus nobles de Ses créatures et les plus proches de Lui, ayant été les prédicateurs de Son adoration et instruments de Sa preuve auprès de Ses serviteurs. Ils sont les plus rapprochés de Ses créatures en cette Station et Il voit en eux les plus nobles d'entre elles. Il les interrogera sur leur mission auprès de Ses serviteurs et sur les réponses qu'ils ont reçues. Il leur dira :
« Que vous a-t-on répondu ? »
 
Ils Lui répondront, l'esprit perturbé et sans aucun souvenir:

«Nous n'avons aucun savoir; c'est Toi, vraiment, le grand Connaisseur dont la Science couvre l'impénétrable». Sourate 5 : La table servie (Al-Maidah). verset 109.

La terreur ne peut être qu’immense pour avoir abasourdi les envoyés d'
Allah  - qu'Il soit exalté -, pourtant, les plus rapprochés de Lui et les plus dignes, et qu'ils ne rappellent pas de la réponse que leurs nations leur ont donnée. Abû al-Hasan ad-Dimashqî a dit : J'avais demandé à Abû Qurrah al-Azdî :
« Comment leurs coeurs supportent-ils
les terreurs du Jour de la résurrection ? »

Il répondit:

« Lors de leur résurrection,
ils seront recréés d'une plus forte disposition naturelle ».

Abû al-Hasan a dit: J'ai cité à Ishâq Ibn Khalf cette Parole d'
Allah  - qu'Il soit exalté -:

« Quelle est la réponse qui vous a été donnée,
ils ont dit: Nous n'avons aucune science à ce sujet ».

Et je lui ai demandé :

« Quoi ! Ne savaient-il pas
ce qui leur est arrivé en ce monde ? »

Il répondit :

« Non ! C'est à cause de la terrifiante question qui leur est posée. Leur esprit sera si perturbé qu'ils ne se souviendront plus des réponses qui leur ont été données ici-bas. Ils seront sincères dans leur réponse jusqu'au moment où ils reprendront conscience de ce qui a été Dès lors, ils sauront ce qui leur a été répondu ».

Il a dit aussi qu'Abû Sulaymân leur a parlé ainsi :

« Ishaq a raison. A cet instant, ils diront vrai.
Ce n'est qu'après avoir repris conscience
qu'ils sauront la réponse reçue ».


Abû Sulaymân dit :

« Quand tu entends un homme dire à son compagnon : Il y a le Sirat entre toi et moi, sache qu'il ne connaît point ce Sirat. Et même s'il le connaissait, il ne souhaiterait pas qu'il s'accroche à quelqu'un et que quelqu'un s’y suspende ».

De ce passage coranique :

« Le Jour où Allah réunira les envoyés et leur dira :
Quelle est la réponse qui vous a été donnée ? »
,
Sourate 5 : La table servie (Al-Maidah). verset 109. 

Mujâhid (Ibn Jâbir) a dit:

« Les envoyés sursauteront et diront :
Nous n'en avons aucune science ».

De cette Parole d'
Allah  - qu'Il soit exalté - :

« Et tu verras chaque communauté agenouillée »
Sourate 45 : L’agenouillée (Al-Jathiya) verset 28

Mujâhid a dit : cela veut dire :
 
Elles s'assoient sur leurs genoux, agitées ».«
Il a dit: J’ai entendu ‘Abd Allah Ibn ‘Abbâs
- qu'Allah soit satisfait de lui - rapporter ce dire de l'Envoyé d'Allah  - qu'Allâh lui accorde la grâce et la paix - :

« C'est comme si je vous voyais,
masse agenouillée, tremblante,
devant la Géhenne ».
Il a dit aussi avoir entendu ‘Abd Allah Ibn 'Umar - qu'Allah soit satisfait de lui - rapporter cette parole de l'Envoyé d'Allah  - qu'Allâh lui accorde la grâce et la paix - :
« Celui qui veut regarder
le Jour de la résurrection, qu'il lise :

Quand le soleil sera obscurci,
Sourate 81, At-Takwîr, l’Obscurcissement verset 1.
`Umar Ibn Dharr a dit: «Celui qui, le matin, cherche le bien, trouvera le bien. Est-ce sur moi que vous allez décharger l'insensibilité de vos yeux et la sécheresse de vos cours ? Accusez-moi d'incapacité si je ne vous fais pas écouter aujourd'hui une exhortation du Livre d'Allah  - qu'Il soit exalté -, puis il lut :



" Quand le soleil sera obscurci,
quand les étoiles deviendront ternes
et les montagnes mises en marche »

Sourate 81, At-Takwîr, l’Obscurcissement verset 1 - 3. 
jusqu'au moment où il arriva à :

" Chaque âme saura ce qu'elle a présenté. »

Sourate 81, At-Takwîr, l’Obscurcissement verset 14.  

Puis, ayant récité ces seuls versets ou toute la sourate, il dit en guise d'avertissement :


«Ecoute moi, ô passager de ce monde ! Quel sera ton état lors de ta comparution devant
Allah  - qu'Il soit exalté - ? Aspires-tu, dans ce lieu de votre Station, à être gagné par la même terreur qu'eux, et même par une terreur plus énorme, que ton coeur ne pourra pas supporter, ni ton corps soutenir? Leurs esprits les quitteront et qu'en sera-t-il du tien ? Qu'adviendra-t-il de toi alors que tu es fautif, désobéissant, et que tu tés adonné à ce qui est détesté par ton Seigneur ? »

Imagine ton âme devant cette frayeur, cet effroi, cet égarement et cette perplexité quand l'enfant, le père, le frère, l'ami et les parents te désavoueront et que toi-même tu les fuiras tous. Comment en es-tu arrivé à les abandonner et à ce qu'ils t'abandonnent? Si ce n'était l'énormité de la terreur de ce jour, il aurait été indigne de toi et un manquement à ton devoir de fuir ta mère, ton père, ton ami, ton fils et ton frère et de ne pas les sauvegarder. Mais voilà ! Le danger sera énorme et l'épouvante intense. Tu n'auras pas à te blâmer pour les avoir fuis et ils n'auront pas à se faire de reproches de t'avoir fui. D'ailleurs ce ne sera pas eux que tu auras fuis, en plus de tes proches, parce que tu auras ressenti de l'aversion pour eux. Eprouverais-tu pour eux de la répulsion, alors que dans ce monde, ils étaient tes familiers, la prunelle de tes yeux et la sérénité de ton cœur ? Mais, tu craindras que l'un d'eux n'ait une affaire avec toi et ne te suive pour se surprendre à toi et te prendre à parti devant ton Seigneur, avec l'espoir d'être jugé à tes dépens, de t'enlever ainsi ce à quoi tu aspirais pour ton salut, à savoir tes bonnes oeuvres, dont il te privera et de te retrouver en Enfer.
Au moment où tu en seras là, un cou, soudainement, s'élèvera du Feu et, dans une langue éloquente, demandera ceux d'entre les créatures qu'il prendra sans reddition de compte. Puis observe ce cou : il les saisira comme le volatile happe les grains. Puis, ils seront jetés dans le Feu qui les avalera, et les emportera dans la Géhenne. Et s'en sera fini d'eux
mes seurs et freres demander a allah avec moi :
allahoma inana yaoodho bika minanar min jahanam allahoma idkhilna l'jana waftah lana abwaba rahmatika finuniya walakhira
allahoma amin
 

Commenter cet article